0800 499 499 

Accueil du site > La lettre de la Mutuelle Renault > Lettre d’Informations Mutualistes - Janvier 2006

Lettre d’Informations Mutualistes - Janvier 2006

Cher Adhérent, Chère Adhérente,

Le service à nos adhérents, est plus qu’un engagement, c’est l’enjeu majeur qui doit être notre fil conducteur.

Un service de qualité, au travers de l’accueil, de l’efficacité, voilà notre priorité. La satisfaction de vos besoins en nouveaux produits et prestations en est la condition. Mais, face à nous se présente la Loi de Financement de la Sécurité Sociale qui va jusqu’à nous interdire de prendre en charge des dépenses de santé, laissées obligatoirement à votre charge si vous ne respectez pas le parcours de soins coordonné. Certes, la liberté d’aller consulter qui l’on veut et quand on veut existe toujours, mais elle représente un coût financier supplémentaire que vous devrez supporter et assumer.

Ainsi, à partir du 1er janvier 2006, entrent en vigueur diverses dispositions relatives à cette loi. Tout d’abord, il est indispensable que chaque assuré social désigne son médecin traitant. Si vous ne l’avez pas encore fait, vous pourrez toujours accomplir cette formalité lors de votre première consultation médicale, dès lors que vous l’effectuez chez celui qui sera considéré comme votre médecin traitant. Ainsi, respectant ce que l’on appelle « le parcours de soins », la totalité de vos dépenses engagées sera prise en charge par l’assurance maladie et la mutuelle.

D’autre part, la loi a prévu de laisser aux mutuelles, la possibilité de prendre en charge des frais hospitaliers ou médicaux que la sécurité sociale ne remboursera pas ou plus. Il s’agit :

- d’un forfait de 18 euros qui sera dû pour tout acte ou intervention dont le montant sera supérieur ou égal à 91 euros,
- du complément de remboursement des médicaments « veinotoniques » dont la prise en charge de la sécurité sociale est réduite de 35 à 15%.

Pour ces deux cas, sachez que votre mutuelle, même si elle ne peut que s’insurger devant une telle décision gouvernementale, a décidé afin de ne pas vous nuire, de prendre en charge ces suppléments de coûts.

Enfin, le taux de contribution à la Couverture Maladie Universelle (CMU), appliqué sur le montant des cotisations, est passé de 1,75 à 2,50%.

Devant toutes ces décisions, et afin de toujours mieux vous satisfaire, nous avons été obligés de relever vos cotisations de 4,50% au 1er janvier 2006. Je suis convaincu que c’est trop, que la mutuelle est trop chère, mais victimes des désengagements de l’ État, laissant aux mutuelles le soin de compenser les frais de santé, seules vos cotisations nous permettent de faire face aux prestations complémentaires. Sur ce sujet, je vous engage à regarder ce que font les autres mutuelles et vous pourrez ainsi constater que notre revalorisation, qui se situe à minima, est le résultat d’une gestion saine et rigoureuse.

Pour terminer mon propos, même si l’année qui s’annonce risque d’être difficile en ce qui concerne les problèmes relatifs à la santé, au nom du Conseil d’Administration, de l’ensemble des salariés de notre mutuelle et en mon nom personnel, je vous présente les meilleurs vœux de santé, bonheur, réussite et prospérité pour vous et vos proches.

Cordialement vôtre,

Le Président, Michel FORCADE

PDF - 1.7 Mo
Lettre 2006