0800 499 499 

Accueil du site > Actus Santé > L’orthodontie à tout âge

L’orthodontie à tout âge

Une personne sur deux a des dents mal positionnées. Ce problème est généralement traité à l’adolescence. Mais ces prises en charge peuvent être envisagées également à l’âge adulte.

Il est révolu le temps où les adolescents avaient honte de porter un appareil orthodontique. De plus en plus d’écoliers en arrivent même à souhaiter avoir des bagues, devenues un marqueur d’âge, un enviable symbole de l’adolescence... Aujourd’hui, une personne sur deux a des problèmes orthodontiques. « L’orthodontie est la spécialité qui a pour but de corriger les malpositions dentaires afin de retrouver des relations normales et fonctionnelles entre les dents et les maxillaires, rappelle le Dr Olivier Mauchamp, président de la Fédération française d’orthodontie. Lorsqu’on parle d’un sourire esthétique, on fait référence à des dents saines dans des relations fonctionnelles. » Contrairement à l’idée reçue qui associe l’orthodontie à l’adolescence, ce traitement s’adresse à tout le monde. Pour les enfants, l’idéal est de consulter tôt, dès 7 ans, quand la denture est mixte – comprenant des dents de lait et des dents définitives – pour dépister des problèmes de squelette, comme une mâchoire supérieure plus étroite que la mâchoire inférieure. Cette malformation peut se traduire par une mauvaise respiration nasale, entraîner des apnées du sommeil, une énurésie (incontinence de l’enfant), une somnolence dans la journée, des difficultés scolaires. « Je n’avais jamais observé de troubles particuliers chez mon fils, âgé de 9 ans à l’époque, ni son défaut de la mâchoire, témoigne Laurence, 39 ans, professeure des écoles. J’ai été surprise quand l’orthodontiste m’a montré que ses molaires du haut se trouvaient à l’intérieur et celles du bas à l’extérieur, contrairement à la normale. »

Des appareils la nuit

Le défaut est relativement courant et simple à corriger. « Il faut élargir le maxillaire supérieur fait de deux os qui ne se soudent que vers 13 ou 14 ans, explique le Dr Mauchamp. Un appareil appelé “disjoncteur”, composé de bagues et d’un petit vérin, permet d’écarter les deux hémi-maxillaires sans douleur. » D’autres enfants ont des défauts dans le sens avant et arrière avec la mâchoire du bas trop en retrait ou trop avancée (prognathisme). Dans les deux cas, des appareils à porter la nuit permettent de les corriger aisément. La deuxième période d’intervention commence au début de l’adolescence, vers 11 ou 12 ans, quand la denture est permanente. Les traitements orthodontiques concernent cette tranche d’âge à 60 %. « Une fois le défaut de la mâchoire supérieure de mon fils corrigé, l’orthodontiste nous a expliqué qu’un nouveau traitement serait nécessaire quelques années plus tard pour un bon alignement de ses dents, cette fois par des bagues », poursuit Laurence. On redresse les dents grâce à un fil de titane fixé sur les dents par des bagues (ou boîtiers). Un processus beaucoup moins douloureux qu’il y a vingt ou trente ans : « Le titane qui délivre des forces continues et légères a remplacé l’acier qui n’avait pas cette flexibilité et délivrait des forces lourdes et brusques sur les dents, précise le Dr Mauchamp. Les boîtiers, mieux dessinés, plus petits, plus près des dents, agressent moins les tissus mous comme l’intérieur des joues. Quand on pose les multibagues, on annonce une semaine un peu désagréable. Mais, généralement, la gêne disparaît au bout de trois ou quatre jours. »

Demandes spécifiques

Enfin, 10 à 15 % des patients des orthodontistes sont des adultes. Ils viennent à la suite d’un accident, de pertes dentaires ou de problèmes parodontaux dans une optique de réhabilitation de leur denture, ou encore pour un traitement qui n’a pas été effectué pendant l’enfance ou l’adolescence. « On peut réaliser des déplacements dentaires, sauf en cas de dents ankylosées, c’est-à-dire soudées à l’os, note le Dr Mauchamp, mais on a besoin de chirurgie pour remettre les mâchoires en place. » Les demandes des adultes sont spécifiques : des appareillages plus discrets et des traitements les plus courts possible. Coûteux, les traitements orthodontiques sont peu remboursés par la Sécurité sociale, qui les prend en charge à hauteur de 193,50 euros par semestre s’ils sont commencés avant le 16e anniversaire. Ils durent environ un an à l’âge de 7 ou 8 ans et plus de deux ans à l’adolescence. Les tarifs varient d’une région à l’autre : en moyenne, de 700 à 900 euros par semestre, ils peuvent atteindre 1 000 euros en région parisienne.

Corinne Renou-Nativel

Encadré

Une hygiène essentielle pendant tout le traitement

L’orthodontie se pratique sur des dents en bon état, dont on aura traité au préalable, si nécessaire, les caries. « Il est très important de bien brosser ses dents pendant le traitement », souligne le Dr Olivier Mauchamp. Généralement, l’orthodontiste conseille de prendre des bains de bouche au fluor qui renforce l’émail et inhibe la plaque dentaire, un agrégat de sucre et de microbes présent autour des bagues et entre les dents. Un brossage soigné peut être réalisé avec des brosses de différentes formes en cas de bagues. Le patient doit également s’interdire caramels et bonbons durs qui peuvent endommager les appareils.

C.R.-N.